East Mamma

Si vous habitez Paris et que vous vous intéressez un minimum à la nourriture, il y a de grandes chances pour que vous aillez entendu parler de East Mamma.

Le plan média (voulu ou non) est, en effet, très très efficace, les blogueurs mode en ont parlé (y compris mon idole brieuc75), les critiques gastronomiques en ont parlé (ici François Régis Gaudry avec Alba Pezone, une chef qui ne mâche pas ses mots (et qui a bien raison, j’adore ses livres)) et mon autre idole Caroline Mignot sur son blog table à découvert.

Ce qui est plutôt amusant c’est que chacun a un angle d’attaque différent et des photos au rendu fort distinct. Je ne pense pas faire exception.

IMAG0731

Jolie serviette qui donne le la

 

De passage dans le coin (nostalgie, c’est à côté que j’ai fait un de mes premiers stage magasin chez Okaidi), nous avons donc sauté le pas et sommes allés gaiement faire la queue dès 11h45 (j’avais lu ici ou là des commentaires fort aigris sur l’attente nécessaire).

 Le fait est que nous avons tenté d’y aller un mercredi soir, le 29 juillet pour être précis, tant à Obermamma qu’à Eastmamma et force était de constater que dans les deux établissements à 19h30, il y avait entre 1h30 et 2 heures d’attentes. Mon conseil donc est le suivant, allez-y le midi.

Ca ne vous empêchera pas d’attendre néanmoins, ne serait-ce que l’heure de début du service!

IMAG0724

Une bonne occasion de tester la luminosité de votre téléphone portable

Le restaurant commence donc à 12h15 et c’est toute la brigade qui ouvre en même temps les portes et lance un tonitruant cri de bienvenue.

C’est frais, c’est joyeux, tout le monde sourit, bref, de quoi vous donner la pêche! (et faire sourire un parisien qui vient de province ou de banlieue, ça n’est pas la chose la plus aisée, effectivement).

Nous étions donc les premiers (en bon japonais, faire la queue ne m’effraie absolument pas et me permet même d’envoyer des sms à des gens que je délaisse, et puis, on a quand même un passeport annuel Disney et ça si c’est pas du niveau 7 en attente désespérée, qu’est-ce donc?) et avons pu gaiement choisir notre table, à savoir près de la fenêtre mais à l’intérieur, dans un coin un peu intime bref, une excellente table si vous me demandez mon avis!

 

Où manger du bon parmesan?

Nous avions vue sur les parmesans et un peu sur les cuisines!

IMAG0726

On moins lorsque le commissaire aux comptes viendra pour certifier les comptes annuels, il pourra voir où se trouvent les stocks immobilisés

Il est également possible de manger au bar devant les cuisines, je vous avoue que ça me donne vachement envie!

 

IMAG0727

Classique mais efficace (à l’avant-plan, une bronde)

Tout ceci commençait donc très très bien.

La carte est arrivée e nous la commentions gaiement alors qu’autour de nous, les gens avaient déjà passé leur commande et étaient servis parfois des premières entrées (effervescence, effervescence).

IMAG0728

Là aussi, classique mais diablement attirant!

La carte est assez simple:

– Produits bruts à partager ou non (charcuterie, crèmerie, etc.)

– Assortiments de Bruschetta (viande, poisson, végé)

– Pâtes pour un ou pour 4 dans des casseroles

– Pizzas diverses mais pas trop nombreuses

– Salades

– Poisson du jour & Osso Bucco

Au final, c’est diversifié. En ce qui nous concerne, nous avions fort faim et avons donc décidé de prendre un assortiment de 4 produits (26€) et une pizza à partager avec deux pintes de bière italienne pression.

 

Vous ne connaissez pas la bière italienne?

C’est sans doute mérité, elle est très pâle, un peu comme la bière espagnole donc rafraichissante, sans trop de goût et pas très bonne (mais j’avoue, j’aime la bière pas forcément glacée et plutôt belge).

IMAG0729

A 7e la pinte, on ne dit néanmoins pas non (apparemment, y a aussi plein de Spritz, le cocktail du moment mais déjà un peu has been)

 

J’ai envie de produits frais!

(Mon Dieu, ces titres sont de plus en plus bêtes)

Les plats arrivent vite, on est pas là pour perdre du temps (la vingtaine de personnes dehors ne contredira pas les propriétaires).

IMAG0730

Miam, miam!

 

Alors qu’avons-nous de beau ici:

– Du parmesan affiné 36 mois avec des olives bio et des amandes: Le parmesan est magnifique avec ce qu’il faut de cristallisation, les olives sont douces et vanillées comme souvent le sont les olives italiennes d’un si beau vert. C’est délicieux, je n’en reviens pas, c’est vraiment le meilleur parmesan que j’ai jamais mangé.

Jambon de Parme 24 mois: Fruité mais là j’avoue que je suis un inconditionnel du jambon espagnol donc avec du gras qui fond dans la bouche. Là, pour moi, c’est trop maigre, trop rose, sans vraiment de caractère. Mais je suis le premier à dire que je n’y connais rien du tout en jambon italien.

Mortadelle et saucisson à la truffe: Le saucisson est à la truffe est délicieux et la mortadelle également. C’est de la charcuterie bio donc on a un vrai goût et une vraie mâche, là aussi de quoi vous réconcilier avec la mortadelle.

Ricotta au miel: gros pavé de ricotta. Véritable découverte pour moi, la ricotta n’avait pas ce côté un peu caillé et farineux en bouche. c’était vraiment très onctueux avec la douceur du miel, tout venait contrebalancer de manière très agréable les touches salées des autres produits.

Et enfin une pizza « Fresh », c’est-à-dire avec des ingrédients crus dessus, à savoir roquette, tomates séchées et mozzarella di buffala.

La pizza est extra. La pâte est effectivement très fine au centre et généreuse sur les côtés, avec un vrai goût de pâte à pain, la sauce tomate est belle et j’adore le contraste provoqué par les ingrédients crus dessus.

Ici les tomates séchées ont été une vraie révélation, elles n’avaient pas ce côté un peu saturé des tomates séchées qu’on trouve dans les supermarchés (bio aussi hein) et que j’ai de plus en plus de mal à supporter (oui, carrément). Ici c’est délicieux.

 

Conclusion:

Nous nous en sommes tirés pour 54€ à deux et nous avons vraiment énormément mangé donc je dirais que niveau prix c’est très raisonnable.

Au niveau des produits, on rechigne généralement à commander des produits bruts dans les restaurants car il suffit au final de savoir où les acheter pour faire la même chose chez soi mais là c’était vraiment excellent et des goûts que je n’avais jamais savourés auparavant.

Bref, allez-y, je recommande chaudement Eastmamma, faites simplement attention à l’attente.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutube

2 comments on «East Mamma»

  1. bien évidemment que j’ai envie d’y aller, tu connais mon admiration pour Alba Pezone et moi j’aime cette bière ( espagnole) un peu fade et délicatement rapeuse

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. *
You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>