Okonomiyaki!

Un nouveau restaurant d’okonomiyaki vient d’ouvrir à Paris, dans le Marais (Rue Charlot pour être plus précis), il fallait donc absolument que j’y aille. Pourquoi? Comment? C’est cher? C’est bon?

A priori, je vous fournirai des réponses à l’ensemble de ces questions dans cet article. Le restaurant en question est OKOMUSU, situé au 11, Rue Charlot dans le 3ème arrondissement de Paris.

2014-04-04 21.04.07

C’est ça, un okonomiyaki

 

L’Okonomiyaki, c’est quoi?

Je suis personnellement toujours étonné de constater qu’il y a certaines personnes qui ne connaissent pas les okonomiyakis (encore plus, s’ils jouent à Pokémon… Comme quoi on peut être geek mais pas du tout otaku…), car si vous êtes Français et que vous avez plus de 25 ans, je ne vois pas vraiment comment vous avez pu passer à côté…

Donc Chapitre 1, vous êtes jeunes, vous bouffez du dessin animé japonais sur La Cinq tous les matins et encore plus quand vous séchez les cours, vous ne ratez donc aucun épisode de Lucille, Amour et Rock’n Roll même si c’est nul et que les cheveux citron-framboise vous trouvez ça moche. Rappelez-vous donc, il y avait Roméo le gros chat (personnage le plus charismatique de la série) qui est la mascotte d’un restaurant de crêpes qui ne ressemblent pas du tout à des crêpes. Voilà, vous avez tout bon, ce sont des okonomiyakis!

Je suis fier d’avoir toujours trouvé ce dessin animé minable (qu’est-ce que c’est laid)

 

Chapitre 2, vous commencez à être un peu vieux pour passer vos journées devant Dorothée le mercredi et pendant les vacances (sans compter les cours qu’il faut sécher pendant les vacances scolaires des zones B et C pour ne louper aucun épisode de vos séries préférées) mais vous êtes raides dingues de Ranma 1/2 et des questions que le dessin animé pose sur l’identité sexuelle, la part de féminité dans chacun de nous et tout ce mécanisme anti hétérocentrisme.

Ca tombe, bien, il y a le personnage de Ukyô dans le dessin animé (Frédérique en français) qui est justement une cuisinière spécialisée dans l’okonomiyaki, qui se déguise en garçon. Elle est d’ailleurs bien plus belle en garçon qu’en fille, ce qui ne gâche rien. Elle se bat à grands coups de pelle, ou plutôt de raclette à retourner les okonomiyakis. Elle parle également en utilisant le dialecte du kansai (si vous avez remarqué ce point, c’est vraiment que vous êtes irrécupérables), ça tombe bien, les okonomiyakis viennent soit d’Ôsaka (au plein coeur du Kansai donc) soit de Hiroshima… Donc oui, encore eux.

 

La version cosplay (j’hésite sur quoi en penser…)

 

A noter, que Ukyô était poursuivie par Tsubasa un garçon qui se déguisait en fille pour la séduire (vous suivez toujours?)

Tout ça ne nous dit cependant pas ce que sont des okonomiyakis. En gros ce sont des crêpes/omelettes à base d’un mélange farine-lait-oeuf-chou rapé sur lequel vous mettez une sauce spéciale (appelée sauce okonomiyaki hahaha, c’est un peu celle du tonkatsu) plus de la mayonnaise japonaise et un parfum (classiquement, porc, seiche ou crevettes voire tout à la fois). C’est donc une spécialité d’Ôsaka ou de Hiroshima, très sympathique car faite sur une plaque chauffante devant les clients (un peu dans le style teppanyaki mais en moins spectaculaire).

 

Où manger des okonomiyaki? 

Alors, j’ai cherché longtemps quand j’étais plus jeune et n’ai jamais trouvé, ce qui me jetait dans des abîmes d’angoisse et de frustration.

Un beau jour est arrivé Aki rue Ste Anne dans le 2ème et c’était super, il était enfin possible de manger des okonomiyakis délicieux à un prix raisonnable. Mais le succès aidant, ils ont arrêté de les préparer à la commande et les ont préparé d’avance. Le service est devenu brouillon et peu amène, bref, il était temps d’arrêter d’y aller (et c’était moins bon).

C’est à ce moment-là qu’est arrivé OKOMUSU! Restaurant mouchoir de poche entièrement dédié aux okonomiyakis (y a aussi des yakisoba pour ceux qui veulent, moi je suis pas fan…). Pour la petite histoire, la gérante du restaurant et moi-même avons une connaissance commune et j’ai eu vent de son business à venir lorsqu’elle a vendu les meubles du bistrot/bar qu’elle a repris, vu que je voulais acheter des chaises bistrot.

Après quelques petits déboires sur les travaux et des retards prévisibles pour un Français (mais moins pour un Japonais…), la salle est vraiment très belle, minimaliste sans être froide. En revanche, le restaurant est assez bruyant. Personnellement, ça ne me gêne pas car je fais plutôt partie des gens qui font du bruit mais si vous voulez qqch de romantique, comment dire… ça va être compliqué. Par ailleurs, vu que c’est assez petit et que le restaurant connaît déjà un beau succès, pensez à réserver à l’avance car vous pouvez facilement vous casser le nez en y allant comme ça.

2014-04-04 22.00.34

Vous noterez le bar qui cache la plaque chauffante

 

2014-04-04 20.03.22

Dans le prolongement du bar, il y a une grande table pour un maximum de 10 personnes

 

Le menu Okonomiyaki de chez Okomusu

Ca vous vous paraître étrange, mais je vais commencer par tout ce qui n’est pas l’okonomiyaki.

On commence tout d’abord par des légumes de saison. Ce jour-là, c’étaient des fleurs de chou-fleur et de brocolis cuits à l’eau (et pas assez égouttés à mon goût) avec une sauce pas mauvaise mais plutôt discrète. Cette entrée/amuse-bouche a, au moins le mérite, de rafraîchir, c’est bon à prendre.

Après, nous avons pris l’option Yaki-onigiri avec nos menus ou plutôt nous avons pris deux options pour 4, soit 4 yaki-onigiri.

Les onigiri, en gros, ce sont les triangles de riz fourrés et enrobés d’algues (perso, je ne suis pas fan). Mais le yaki-onigiri c’est le triangle de riz fourré ou non, sans algue autour mais avec un peu de sauce soja et passé au four ou bien à la plancha, comme ici. C’est habituellement très bon et chez Okomusu, c’est encore meilleur, c’est croustillant un peu, doux au milieu, la farce est excellente (et mystérieuse car je n’ai rien reconnu), bref, je vous conseille grandement l’option yaki-onigiri pour seulement 3€ de plus.

2014-04-04 21.01.47

Le yaki-onigiri est délicieux

 

Il y a également une soupe miso dans lequel on trouve du mochi (riz gluant concassé) et des pousses de soja. Moi je ne l’ai pas trouvée excellente car le goût de miso était trop discret mais j’aime les soupes miso assez fortes… Bon c’était pas mal quand même, hein!

On en vient  (enfin vous me direz, vu la longueur de l’article) aux okonomiyaki proprement dits. Ils ont plusieurs parfums, à savoir:

– Porc (poitrine roulée donc gras et croustillant)

– Crevette (gambas classiques)

– Mixte porc + crevette (moi j’aime pas mais pourquoi pas)

– Seiche (ce que j’avais pris car j’adore la seiche et elle était très bien cuite)

Ils sont présentés sur un plateau d’ardoise, ça fait un peu 2008 mais franchement ça va. Ca n’a pas l’air de caler mais en fin de compte, c’est largement suffisant (j’avais très faim ce jour-là), et c’est vraiment très bon. La suce okonomiyaki est sucrée mais pas doucereuse, la bonite séchée danse grâce à la chaleur du plat, la mayonnaise se fait oublier et apporte un peu de moelleux. Et l’okonomiyaki en tant que tel est délicieux, fait à la commande, moelleux à l’intérieur, bref, un régal.

2014-04-04 21.04.25

Version à la seiche!

 

Faut-il y aller?

Oui, sans aucun doute! Aki n’est plus bon et Okomusu est délicieux.

Si vous n’avez jamais mangé d’okonomiyakis, préparez-vous à quelque chose de complètement nouveau et qui n’a rien à voir avec ce que vous connaissez déjà. Et attention, s’il y a un beau choix de vins au verre, il n’y a pas (encore) de desserts!

 

Détails pratiques: 

Okomusu, 11, rue Charlot, IIIe.

Tél.: 01 57 40 97 27. Tlj sf mar.

Métro: Rambuteau.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutube

7 comments on «Okonomiyaki!»

  1. Merci pour l’adresse ! C’est vrai que Aki m’avait pas mal déçu depuis un petit moment et je ne prends plus d’okonomiyaki chez eux et ceux d’Happa-Tei sont bof bof 🙂

    Mais c’est qu’il y aurait presque un circuit gastronomique japonais dans le Marais avec ton adresse et Princesse Crêpe (quand est-ce que tu nous en parles, au fait ?) ! 🙂

    • Ah mais c’est vrai que j’ai oublié cix de Happa Tei! Il faut dire que je ne suis pas super fan de Happa Tei car je trouve leurs tako-yakis pas assez cuits et un peu mauvais…
      Oui, il faudrait aussi que j’aille chez Princesse Crèpe pour pouvoir faire un article. Pour tout te dire, la dernière fois que je suis passé devant, je me suis surtout dit qu’ils ne prenaient pas la carte bleue donc ça m’a refroidit (je n’ai que très rarement du cash sur moi), sans compter que assez facilement, le concept pourrait m’agacer profondément… Enfin, on verra!
      J’aimerais bien tester aussi la crêperie à l’angle du square Pablo Picasso (après tout, ils ont une antenne à Tôkyô!) mais c’est tout le temps blindé.

      • Dans le 13è dans la galerie marchande sur les Dalles, il y avait accolé à un bar à bubble tea (J’M Crêpe ou un truc du genre) un petit comptoir où on vendait des crêpes garnies à la japonaise. Mais je ne sais pas si ça continue (en revanche, le bar à bubble tea est tout le temps plein).

        • Alors là, le 13ème arrondissement, vu qu’il est à l’autre bout de Paris, je crois que je n’y vais plus du tout (à la place, le quartier chinois de Belleville est une solution de substitution très correcte) mais ça me dit qqch…
          Oui les bubble tea, c’est du délire total! Y en a même chez Cojean maintenant!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. *
You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>