Dinner by Heston Blumenthal 1/2

A l’occasion de mon anniversaire, nous avons décidé d’aller passer un week-end à Londres.

A la base, j’aime vraiment beaucoup cette ville. J’y ai fait une partie de mes études (comme beaucoup d’entre nous en tant que bon représentant des privilégiés blancs mâles bourgeois cisgenre) et bref, j’y retrouve toujours une véritable impression de liberté et d’opportunités.

En ce qui concerne la nourriture, je suis à contre-courant de pas mal de mes compatriotes et je trouve qu’on mange diablement bien à Londres car le rapport à la nourriture et à la cuisine est plus direct, et moins ampoulé, avec moins de conventions sociales. Il y a, certes, pas mal de malbouffe mais mine de rien, il est très difficile de trouver des oeufs de poule élevés en batterie alors que le débat émerge à peine en France, il y a une extrême diversité dans l’offre (et je ne parle pas seulement des restaurants indiens vous vous en doutez) et plus fondamentalement, il y a une montagne d’excellents restaurants.

Continuant donc dans notre expédition de test des meilleurs restaurants du monde selon le classement San Pellegrino, nous avons donc réservé au Dinner by Heston Blumenthal, restaurant situé dans le quartier de Knighstbridge, au sein de l’hôtel Mandarin Oriental, en face de Harvey Nichols, soit le numéro 5 dans le classement 2014

2014-10-04 23.12.29

La carte simple, efficace et minimaliste

Continue reading

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Dejeuner au Noma 1er épisode

 

Nous nous étions rendus au Noma il y a de ça deux ans (jolie tablée internationale de 8 personnes, pour avoir un aperçu de ce repas, vous pouvez aller lire le blog (en anglais) de Jenny Gao à ce sujet ici: http://jingtheory.com/noma/) et nous en étions ressortis avec des étoiles plein les yeux et le sentiment d’avoir vraiment vécu quelque chose d’à part, de nouveau et de différent.

2013-11-01 12.17.25

La devanture du Noma (sniff, il n’y a désormais plus de parking…)

Ainsi, lorsque René Redzepi a twitté un beau matin que les réservations étaient ouvertes pour le mois de novembre, j’ai interprété cela comme un signe du destin. J’ai donc appelé le restaurant (ainsi que le concierge de Visa Infinite) pour réserver une table et grosse chance, en 4 coups de fil, j’avais une table (Visa Infinite aussi mais pas pour les bons jours) pour le week-end du 1er novembre.

Vu que nous devions voyager pour cumuler des vols qualifiants pour passer en statut Silver sur Flying Blue, tout tombait à pic (les vols, pour peu qu’on s’y prenne un peu à l’avance, sont rarement chers pour le Danemark)! Nous voilà donc repartis à Copenhague pour déjeuner au Noma (entre autres, car nous avons également mangé au Relae, mais ceci fera l’objet d’un autre billet).

 

Continue reading

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail