Vente Yohji Yamamoto chez Adèle Sand

Samedi dernier avait lieu une vente Yohji Yamamoto chez Adèle Sand, près de la Place des Vosges.

Comment y aller? 

Alors j’avoue, une de mes amies (enfin amie d’ami) travaille pour Yohji Yamamoto, donc nous avons eu l’invitation grâce à elle. C’est un peu facile, j’en conviens d’avoir des amis avec des jobs supers mais bon c’est la vie. Néanmoins (et cela répond à une grosse interrogation existentielle de ma part), il ne s’agissait que d’une « simple » invitation à une vente Adèle Sand.

Donc, il arrive (enfin ça semble être le cas pour Yohji Yamamoto) que les employés d’une boîte n’aient pas davantage de privilèges que les simples abonnés d’Adèle Sand ou de Catherine Max. Je ne sais pas pour vous, mais ça m’a fait un bien fou de me rendre compte de ça (dans mes souvenirs LVMH, les employés avaient des réductions supplémentaires non négligeables chez Catherine Max…). Ca légitimait enfin tous mes achats (ou plutôt je me disais que j’avais payé le bon prix, celui que payaient les employés (je sais je rêve un peu)) de ces dernières années en ventes privées et allait me permettre de cesser de pleurer sur ces années magiques où j’avais accès à toutes les ventes employés du groupe LVMH.

Donc Adèle Sand c’est un abonnement à 25€ l’année ou bien à 95€ l’abonnement premium (utile surtout si vous êtes au chômage ou avec des horaires très flexibles ou avec bcp de RTT et de congés pour assouvir votre passion du shopping) pour ceux qui ne connaissent pas un ou une employée de chez Yohji Yamamoto.

Ca vaut le coup de s’abonner chez Adèle Sand? Oui sans aucun doute. Franchement 25€/an, c’est donné! (même 95€ par an c’est pas cher je trouve, enfin je dis ça j’ai pas d’abonnement)

 

Pourquoi Yohji Yamamoto? 

Si vous êtes de la génération X ou du début de la génération Y, il y a de grandes chances pour que vous ayez rêvé de Yohji Yamamoto (mais aussi de Isse Miyake, de Kenzo Takeda, de Rei Kawakubo, etc.) ou plus prosaïquement que vous sachiez simplement qui c’est.

(pour info, Yohji Yamamoto, il ressemble à un vieillard de la montagne, limite comme le maître de Shiryû dans les Chevaliers du Zodiaque, avec un air genre je ne parle pas et je n’ai aucune expression mais je comprends tout à le fashion).

Donc bien sûr Yohji, je le connais.

Je me souviens avec délice du magasin Yohji Yamamoto près des Halles et de La Poste du Louvre (qui existe toujours) où ils vendaient des chemises blanches très basiques à 400€ (et c’était il y a une dizaine d’années, aujourd’hui ça doit être 650€ hahaha) et donc de l’impossibilité totale de m’acheter qqch là-bas. Si en plus, on ajoute que Yohji Yamamoto, en bon japonais, est un adepte de l’épure et du minimalisme, il y avait bcp de chances pour que je n’achète jamais rien chez lui (oui j’aime les choses baroques et un peu rococo).

Mais bon, j’avoue avoir  continué de rêver de développer ma garde-robe de créateurs japonais donc j’ai sauté sur l’occasion (enfin dans les faits, j’ai plutôt rechigné car je pensais que vu les prix de base, il allait être totalement impossible d’acheter quoi que ce soit).

Le lieu, les gens:

Le show-room Adèle Sand

Le show-room Adèle Sand

C’est donc dans une rue qui sentait très fortement l’urine que se déroulait la vente Yohji Yamamoto. Pour l’aspect glamour on repassera. L’endroit est néanmoins assez pratique car il n’est pas loin de la Place de la Bastille, de la Place des Vosges et du Marais.

Vente Yohji Yamamoto Adèle Sand

Vente Yohji Yamamoto Adèle Sand

A l’intérieur, c’est très beau, clair et haut de plafond et super bonus il n’y a que très peu de monde.

Au niveau de la clientèle, c’est assez classique mais fortement bigarrée. On trouve quelques Japonais égarés (ils font partie de l’entreprise et sont sans doute venus par hasard, c’est étonnant car souvent pour les marques japonaises, il y a bcp de Japonais), d’autres asiatiques fortement lookés (il faudra qu’on m’explique un jour comment certains font pour ressembler à qqch alors qu’ils portent franchement n’importe quoi… Ce jour là, legging en lamé rayé genre Obélix avec bottines en plastoc et pourtant un look pas si mal) et quantités de Blacks sortis d’un shooting photo (comprendre bcp d’imprimés fleurs pour les hommes avec bcp de couleurs).

Bref, plutôt amusant.

Les Produits et le Prix:

Alors, vu que ça faisait une bonne dizaine d’années que je n’étais pas entré dans un magasin Yohji Yamamoto et même si, dans mes souvenirs, c’était clairement hors de prix, je n’avais pas une idée précise du prix de départ.

Alors histoire de comprendre, déjà à la base, une jupe Y’s (la ligne pas chère de Yohji Yamamoto) coûte 54.000 yens (soit actuellement genre 450€ mais le taux de change du yen varie tellement qu’il est difficile de se baser là-dessus), elle est vendue en magasin en France à 750€, donc on a un beau coefficient multiplicateur entre le prix japonais et le prix français (ceci explique peut-être pourquoi il n’y a pas de Japonais à cette vente d’ailleurs). En voyant, ça, je me suis demandé ce que je faisais là…

Au niveau des produits, toutes les gammes étaient représentés, la ligne principale Yohji Yamamoto, la ligne bis Y’s, la ligne sport Y-3 et la ligne de la fille de Yohji, Rimi Feu (on pourrait croire que comme elle est moins connue, c’est moins cher, et bien c’est faux). En gros, c’est très monochrome, il y a énormément de noir, de blanc, très peu de couleur, encore moins d’imprimés mais des vêtements très structurés (ou au contraire complètement grunge raplapla).

Malheureusement, il n’y avait qu’un seul portant hommes sur l’ensemble de la vente (plus quelques accessoires ici et là ou des pièces unisexes) avec des trucs relativement improbables mais surtout trop chers pour ce que c’était, comme le manteau ci-dessous

Ouh le joli manteau rouge!

Ouh le joli manteau rouge!

Alors ce manteau qui fait un peu mal aux yeux était quand même à 450€ au lieu de 2.500€, alors oui, ça fait une réduction de 80% mais c’est quand même difficile à porter et en plus, il ne restait que des tailles d’obèses, donc non, pas de manteau rouge.

Mais très clairement, à 150€ j’aurais acheté (ben quoi, je n’ai pas encore de manteau rouge genre cirque).

On se préparait doucement à repartir un peu dépités quand bon, on s’est quand même dit qu’il fallait jeter un coup d’oeil aux vêtements femmes, ne serait-ce que pour se moquer du pricing (genre oh la jolie blouse à fleurs jaunes à 2.180€ prix boutique!). Mais nous avions clairement abandonné l’idée de profiter de l’offre spéciale samedi avec -30% supplémentaires pour l’achat de trois pièces de la ligne Yohji Yamamoto.

Et là… Ce fut une révélation! Au beau milieu des réductions très étranges et pas si intéressantes (genre prix de base divisé par seulement 7 ou 8, ce qui est très bien quand le vêtement de base coûte 200€), on trouvait des trucs à -95% voire encore moins chers!

Donc là c’était festival, on pouvait jouer au jeu débile à souhait (et qui peut très facilement vous pourrir votre dressing) « Combien es-tu prêt à mettre pour acheter cette pièce? ». Inutile de vous dire que même si vous disiez un prix ridicule, il y avait de grandes chances pour que le prix réel soit encore plus bas…! C’est d’ailleurs comme ça qu’on se retrouve avec 7 pantalons blanc et une bonne quinzaine de chinos beige (aka mon dressing).

Car bon, quand la jupe est à 20€ au lieu de 450€, est-ce vraiment utile de se dire qu’on en a pas besoin, qu’on ne sait pas à qui l’offrir et qu’on a déjà un stock de vêtements improbables qu’on ne sait pas à qui donner?

La réponse est bien évidemment non. Dans ces cas-là, je ne me pose pas de questions et je prends tout! 🙂 (enfin maintenant que j’ai vieilli et que je suis raisonnable, je ne prends plus tout mais juste quasiment tout).

Car, vieux proverbe, « dans une vente où les prix sont à -95%, prenez tout ce qui est à votre taille et choisissez après » car on ne sait jamais, même ce qui est a priori moche/importable/tape à l’oeil, peut se révéler extraordinaire et puis c’est comme ça qu’on s’amuse (oui j’ai des problèmes je sais).

Donc nous nous sommes retrouvés avec un tas de pantalons et de jupes à des prix défiant toute concurrence, ne restait plus qu’à faire notre choix et de trouver à qui on pourrait les offrir.

Résultat des courses:

Une jupe en soie avec un imprimé fleurs en transparence du plus bel effet avec une sorte de cordelette un peu strange (30€ au lieu de 700€ et qqs):

Oh la jolie jupe qu'il va falloir repasser!

Oh la jolie jupe qu’il va falloir repasser!

Un pantalon beige tout simple droit hyper basique mais pas mal du tout (20 ou 25€ je pense au lieu de 450) qui fera les délices de ma belle-mère je pense:

Joli pantalon

Joli pantalon

Et une jupe droite blanche un peu longue qui ravira ma très grande soeur (idem 20-25 pour 450 de base je crois):

Pas forcément facile à porter je pense mais très jolie (il va falloir la repasser elle aussi!)

Pas forcément facile à porter je pense mais très jolie (il va falloir la repasser elle aussi!)

Allons-nous aire des heureuses avec ces vêtements? Rien n’est moins sûr (la vie est parfois bien dure avec les vêtements griffés soldés), mais j’en parlerai à un autre moment.

Donc prix total avec les 30% supplémentaires: 56€

Je pense que ça valait le coup de se déplacer! 🙂

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutube

16 comments on «Vente Yohji Yamamoto chez Adèle Sand»

    • Bonjour,
      La réponse n’est pas évident.
      Si la question est « quand auront lieu les prochains soldes Yohji Yamamoto? », la réponse est « Je ne sais pas, sans doute une fois par saison mais je ne connais pas la date ».
      Si la question est « quand auront lieu les prochains soldes au global? », la réponse est « vraisemblablement, le 3ème mercredi de janvier mais attendons les arrêtés préfectoraux pour plus de sécurité ».

  1. bonjours je suis inscrit chez alletie , je n’est jamais reçu l’invitation  » Yohji Yamamoto » pourtant il me semble que s’est dans les même locaux qu’il y a des ventes non ? si vous pouvez me donner une astuces pour y accéder merci

      • Il n’est pas question de privilège blanc la ???
        Écoute une émission de radio sur Arte qui s’appelle « Noir, pas black » les Intervenants expliquent bien la nuance entre les deux termes. Et je suis blanc par la même occasion 🙂

        • Personnellement, le fait qu’on s’interroge sur le terme même noir ou black pour désigner les personnes dont la peau est noire ou foncée, est automatiquement liée au privilège d’être blanc.
          Le même questionnement n’existant pas pour la majorité blanche, le sujet est forcément lié au privilège.
          J’ai commencé à écouter l’émission, effectivement c’est intéressant.
          Je me suis sans doute senti agressé du fait de ton pseudonyme et cela à obscurcit mon jugement dans ma réponse (pour une fois que qqn répond).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. *
You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>